Avis #16

18 Août 2014

Ouvrons le jeu

Chaque mois depuis 1 an et demi, nous exposons nos opinions sur le management, ses travers, ses petits trucs, ses espoirs et ses erreurs.

 

En ce mois d’août, une fois de plus c’est la responsabilité qui est à l’honneur : pas celle érigée en valeur sur des affiches qu’on ne voit plus, mais celle qui consiste à plus faire confiance, moins contrôler, accepter l’originalité et la transgression.

 

Au fond, nous prônons une chose simple : considérer les gens comme des adultes, ce qu’ils sont, et donc faire confiance à la maturité de leurs jugements et de leurs émotions.

 

Oui, nous aurons des déceptions, mais moins que de révélations et d’heureuses surprises.

Oui, nous croiserons des tricheurs et des dissimulateurs, mais bien plus d’honnêtes hommes et femmes.

 

Le management commence par une alternative : sécuriser pour coincer les tricheurs, ou bien ouvrir le jeu pour révéler les potentiels.

 

Comme Robin Williams dans beaucoup de ses films, nous choisissons d’ouvrir le jeu.

 

Patrick Bois et Charles-Henri Colonna

Votre Codir est-il une table ronde ?

Votre Codir est-il une table ronde ?

Codir, Comex, Comag, CD. Peu importe le nom, le comité de direction est l’organe de décision que les entreprises mettent en place pour traiter les sujets stratégiques et transverses… en THÉORIE, car en pratique, ce n’est que très rarement le cas. Dans 80% des cas, le Codir ne fonctionne pas bien. Une malédiction ? Non, un défi managérial ? Sûrement.

> Lire la suite

Stop au diktat du plan d'action !

Stop au diktat du plan d'action !

Pas une réunion ne doit se terminer sans plan d’action. C’est souvent à ça que l’on mesure son efficacité, la qualité de l’animateur et l’existence même d’un projet. Mais voilà, comme beaucoup de ces règles devenues immuables, la bonne intention initiale se transforme souvent en exercice privé de son sens… Revenons à l’essentiel et limitons les plans d’action !

> Lire la suite

Monter sur la table
L'enseignement de Robin Williams

Monter sur la table - L'enseignement de Robin Williams

Saluons ce mois-ci le récent décès de Robin Williams qui aura su donner tant d’émotion, avec tout le charme et la tristesse d’un clown.

 

Retenons pour notre management la scène finale du Cercle des Poètes Disparus. Le choix n’est pas original mais c’est dans la rébellion de ces ados face à la vision technocratique que nous trouvons deux messages simples et indispensables pour comprendre ce qu’est l’engagement :

  • D’abord c’est l’émotion et l’inspiration qui font aimer la poésie à ces jeunes garçons. La raison seule n’aurait jamais conduit les garçons aussi loin. Dans les projets aussi, c’est en inspirant les autres qu’on les conduit à l’engagement, à l’initiative et à la prise de risque.
  • Ensuite c’est dans la transgression et l’action coûteuse (la crainte de la sanction) que se fonde l’engagement, et avec lui la créativité et l’intelligence.

 

A la fin du film donc, une dizaine d’élèves défient leur professeur et rendent hommage à leur inspirateur. Les voilà à la fois rebelles et plus adultes.

 

Teen movie formaté pour un public de moins de 20 ans ? Peut être, mais ça marche toujours, et surtout, dans un monde et une France en plein doute, monter sur la table semble plus que jamais nécessaire.


Newsletter

Soyez les premiers à lire nos humeurs en vous inscrivant à la newsletter.

S'inscrire

Rechercher

Précédemment

Rejoignez-nous

Albus Conseil FacebookAlbus Conseil TwitterAlbus Conseil Google+Albus Conseil LinkedInAlbus Conseil Viadeo