Avis #34

11 Mars 2016

A votre rythme

 

A entendre les gens, il y a toujours mille raisons qui font que les choses ne peuvent pas être faites. On combat les fausses excuses mais il y a aussi, parfois, des raisons valables et ce sont elles les plus dangereuses. Oui c'est vrai que telle entreprise est très politique, et que telle autre a un rythme très lent... et ce n'est pas de la mauvaise volonté que de vouloir tout prendre en compte. Mais du coup on ne fait plus rien et on oublie notre capacité inouïe à s'adapter au-delà des vérités. 

Et si on se simplifiait la vie en passant du raisonnement à la tactique? Et si, le plus important c'était de faire avancer les choses? 

Trouver le bon rythme pour maintenir en haleine les équipes permet, même aux plus petites actions du moment qu'elles sont bien pensées, de mobiliser !

 

Bonne lecture !

 

Patrick Bois, Charles-Henri Colonna et l'équipe Albus Conseil

 

Ras-le-bol des « bonnes raisons de ne pas faire »

Ras-le-bol des « bonnes raisons de ne pas faire »

Nous sommes les premiers à défendre le « sur mesure » et à fustiger les processus répliqués, les benchmarks organisationnels, les outils qui prennent le pas sur la recherche de solution.

Mais la nécessité de l’écoute et de l’adaptation ne doit pas conduire à accepter les freins structurels ou culturels d’une organisation.

 

Si on doit écouter les gens, c’est pour mieux les faire changer, pas pour les conforter.

> Lire la suite

Pour réveiller les équipes, il faut du rythme

Pour réveiller les équipes, il faut du rythme

Depuis que nous suivons les méandres du management, nous avons observé des contextes d’équipe variés. Dernièrement, une difficulté se répand comme une épidémie : la perte de contrôle du rythme.

 

Guérir nécessite de reprendre la main sur ce que l’on fait. Oui mais comment ?

> Lire la suite

Demain, le film qui nous montre comment susciter
des initiatives qui changent les choses !

Demain, le film qui nous montre comment susciter - des initiatives qui changent les choses !

L’avenir de la planète est mal engagé, OK. Et si pour une fois on en parlait de façon constructive ? C’est le parti pris du film « Demain », qui dresse un portrait brut mais optimiste des problèmes écologiques d’aujourd’hui et de leurs conséquences transversales de demain. Pour cela, le film présente des initiatives modestes (pas question de changer le monde d’un coup) mais qui récoltent des succès inespérés. Comment ? Explications.

 

Prenons l’exemple d’Elango, en Inde. Le maire de cette ville en faillite, et en proie à une délinquance accrue, décide de mettre en place un conseil participatif et démocratique pour ouvrir le dialogue et réfléchir à des solutions simples. Le conseil regroupe des castes qui ne se côtoient jamais et les caisses sont quasi-vides. Pourtant, l’impossible devient réalité : avec beaucoup de système D et d’huile de coude, les habitants fraternisent et rénovent la ville qui retrouve paix et prospérité pour rayonner dans le pays.

 

Cette initiative pourrait se résumer à une belle histoire avec happy end, pourtant, elle est vecteur d’approches aussi basiques que fondamentales en termes de management.

 

Pour commencer, un projet qui fonctionne est un projet qui permet à chacun de se sentir concerné et libre de s’investir à sa mesure. C’est aussi un projet qui est construit en collectif et qui permet de travailler en transverse. Ayez cela en tête lorsque vous concevez vos projets. Dans le film, les habitants se sentent tous concernés et libres de leur implication et c’est bien la condition sine qua none de leur engagement.

 

Surtout : plutôt que de voir le verre à moitié vide et de focaliser sur les obstacles sur lesquels vous n’avez pas d’influence (coupe budgétaire, environnement globalement défavorable, opposition etc.), intégrez-les comme des paramètres de jeu. A Elango, les difficultés ont été vues comme des challenges à relever et ont, en quelque sorte, nourri la motivation. Ainsi, faites de la contrainte un moteur de créativité, votre action n’en sera que plus pertinente parce qu’adaptée.

 

Ces approches permettent de prendre une réelle hauteur de vue quand un projet se déploie, comme bien souvent, contre vents et marées. 


Newsletter

Soyez les premiers à lire nos humeurs en vous inscrivant à la newsletter.

S'inscrire

Rechercher

Précédemment

Rejoignez-nous

Albus Conseil FacebookAlbus Conseil TwitterAlbus Conseil Google+Albus Conseil LinkedInAlbus Conseil Viadeo