Avis #39

05 Septembre 2016

Dompter le cheval de Troie

Pour cette rentrée, nous vous proposons de faire tomber les masques. Les masques de la motivation d'abord : nous savons depuis longtemps que l'argent est rarement le premier levier chez les collaborateurs, pourtant le financier reste le premier outil managérial utilisé. Comment en sortir ? 

 

Comment faire tomber aussi les masques des résistances réflexes au changement, comme le besoin systématiquement exprimé de repréciser le "qui fait quoi"... demande légitime mais chronophage, frustrante et anti-agile. Quelques astuces à retrouver dans cet avis.

 

Et si pour dépasser les fausses motivations et les fausses conditions d'adhésion, nous allions prendre pour exemple le travail de Jacques Chirac, un politique une fois n'est pas coutume, qui a montré une conviction hors du commun pour rapprocher les cultures. A retrouver au Musée du quai Branly, près d'autres masques à (ne pas) faire tomber !

La place, très surestimée, de l’argent dans les motivations

La place, très surestimée, de l’argent dans les motivations

Bien sûr, les jolies citations de LinkedIn rappellent que le sens et l’accomplissement dépassent l’argent dans les motivations humaines… Sauf que, de retour dans l’entreprise, les managers continuent à la considérer comme le vecteur n°1 de la reconnaissance… Pourquoi cette erreur, et surtout, comment en sortir ?

> Lire la suite

Repréciser le « qui fait quoi », un leurre parfait !

Repréciser le « qui fait quoi », un leurre parfait !

Dès qu’un fonctionnement d’équipe ne satisfait pas, les acteurs brandissent le besoin de « repréciser les rôles et responsabilités ». Ça paraît sain, inattaquable sauf que ça demande souvent du temps et que c’est presque toujours inutile. Comme cela nous détourne souvent de la solution, nous l’appelons le leurre parfait.

> Lire la suite

Chirac, le dialogue des cultures et la force du Graal

Chirac, le dialogue des cultures et la force du Graal -

Manager parisien ou de passage à Paris, courez voir au musée du quai Branly l’exposition « Chirac ou le dialogue des cultures » jusqu’au 9 octobre 2016.

L’exposition est hagiographique peut-être mais vous le supporterez même si votre coeur penche à gauche. Car au-delà des oeuvres, on y voit la conviction se former petit à petit pendant le long parcours de l’ex-président, autour de la nécessité de faire dialoguer les cultures pour défendre la paix dans le monde.

La guerre en Irak évidemment, mais nombre d’autres initiatives montrent comment on peut tisser une vie politique autour d’une idée pour finalement lui donner de la force. C’est ce que nous appelons graal dans notre vie de consultant : cette étoile que l’on suit et qui nous aide à faire des choix difficiles, à donner un sens aux milliers de décisions que nous devons prendre jour après jour. Ici, s’agissant d’un président de la République, les décisions sauvent ou coûtent des vies, mais à notre niveau de managers, elles orientent des vies professionnelles, assurent ou non la pérennité d’une usine ou d’un site tertiaire.

 

Chirac ne restera probablement pas dans l’histoire pour sa politique intérieure, mais il sera peut-être pris en exemple dans 100 ans pour sa vision du monde ; parce qu’il avait un graal.

 

Et vous, manager de terrain ou dirigeant, avez-vous un graal ?


Newsletter

Soyez les premiers à lire nos humeurs en vous inscrivant à la newsletter.

S'inscrire

Rechercher

Précédemment

Rejoignez-nous

Albus Conseil FacebookAlbus Conseil TwitterAlbus Conseil Google+Albus Conseil LinkedInAlbus Conseil Viadeo