Avis #68

25 Octobre 2019

Faire plus en faisant moins

 

Cette année encore, la rentrée s’est faite sur les chapeaux de roues. Et en plus de l’opérationnel, vous avez réussi à continuer à vous soucier de faire progresser vos équipes. Bravo.

Mais ne vous épuisez pas déjà, le temps des vacances est venu, alors avec ALBUS, revoyez les bases du « faire moins ». 

Managez sans rien faire ou presque. Oubliez les meilleurs éléments de vos équipes s’ils prennent trop la lumière et si leur réussite est contradictoire avec la réussite du collectif. Et puis ne prenez plus de décision. Laissez faire les premiers concernés, gagnez en efficacité sans rien faire, on ne saurait mieux vous conseiller.

 

Et si vous êtes à la croisée des chemins, si vous devez mobiliser vos hommes sur un projet hors-normes, alors inspirez-vous des Japonais qui savent, au baseball en 1896, comme au rugby en 2019, se contenter de ce qui existe et marche. 

Décideurs, arrêtez de décider !

Décideurs, arrêtez de décider !

Même nos clients les plus haut placés ont le sentiment de subir des décisions qui tombent, d’encore plus haut… Aujourd’hui, vous pouvez manager 2000 personnes et ne plus oser prendre la moindre initiative par peur qu’une directive groupe vienne tout mettre par terre. À force de vouloir régler tous les problèmes par des décisions dites structurantes, on se retrouve avec des organisations qui deviennent invivables.

 

> Lire la suite

Pourquoi garder les meilleurs n’est pas une priorité

Pourquoi garder les meilleurs n’est pas une priorité

1 mois après une réflexion sur les systèmes de Hi-Po qu’il faut selon nous proscrire, poursuivons le combat contre les idées reçues sur le management des talents ! Il le faut parce que nos entreprises sont obsédées par les pépites en tout genre, qui répondent à certains canons du moment : souplesse, pragmatisme, leadership, aisance relationnelle, « intelligence », et bien sûr résultats obtenus, âge, études… Mais a-t-on raison de tout faire pour les attirer et les retenir ? Pas sûr.

 

> Lire la suite

L’histoire du premier match de baseball États-Unis vs Japon
ou comment éviter le piège de la nouveauté

L’histoire du premier match de baseball États-Unis vs Japon - ou comment éviter le piège de la nouveauté

A la lecture de Transpacific Field of Dreams  de Sayuri Guthrie-Shimizu, on découvre les liens nippo-américains à travers l’histoire du baseball au Japon. Un épisode marquant de cette histoire est riche d’enseignement.

 

Le baseball a été introduit dans l’archipel au début des années 1870 mais le premier match nippo-américain a été joué en 1896, entre les jeunes de l’école préparatoire Ichiko et une équipe constituée d’expatriés américains, ces derniers éprouvant un vif dédain pour le niveau des Japonais.

 

En 1896, donc, une série de 4 matchs est jouée. Le résultat est sans appel : 3-1… pour les japonais. Cette victoire n’était pas évidente : d’un côté, des Américains sûrs de leurs compétences et de leur supériorité naturelle, de l’autre, de jeunes japonais vigoureux et volontaires, à l’esprit d’équipe exacerbé. Mais comment fait-on triompher l’envie face à la compétence ?

 

C’est en s’appuyant sur le passé que les jeunes Japonais sont parvenus à créer une force inarrêtable. En effet, les étudiants d’Ichiko étaient issus d’anciennes familles de samouraïs ayant pour valeurs une ténacité à toute épreuve, un esprit de dévouement, un patriotisme et un courage sans faille. Ainsi, comme leurs ancêtres, les élèves d’Ichiko s’entrainaient-ils tous les jours, par tous les temps. Se plaindre était interdit et, lorsqu’ils étaient frappés au visage par une balle mal lancée, ils ne pouvaient dire « aïe » ou « j’ai mal » mais devaient dire : « ça démange ». C’est, sans aucun doute, ce même socle historique et culturel qui explique le beau parcours de l’équipe japonaise dans la coupe du monde de rugby … un succès encore une fois inattendu.

 

Vous avez un défi gigantesque à présenter à vos équipes ? Ou même simplement un projet qui semble compliqué ? Peut-être serez-vous tenté de chercher de la nouveauté pour motiver vos troupes. Mais, comme les jeunes hommes de l’équipe d’Ichiko, vous pourrez aussi vous appuyer sur l’histoire de votre groupe. Nul besoin de toujours faire du neuf pour porter vos samouraïs vers le succès, même face à l’adversité la plus forte.

 

 


Newsletter

Soyez les premiers à lire nos humeurs en vous inscrivant à la newsletter.

S'inscrire

Rechercher

Précédemment

Rejoignez-nous

Albus Conseil FacebookAlbus Conseil TwitterAlbus Conseil Google+Albus Conseil LinkedInAlbus Conseil Viadeo