Avis #8

02 Décembre 2013

Soyons tactiques !

 

Face à une crise qui s’accroche à la vieille Europe comme une maladie incurable, le coupable idéal est tout trouvé : c’est le chef d’entreprise.

 

Les Varin et Bolloré d’aujourd’hui sont aussi critiqués que les patrons d’hier étaient respectés et les nostalgiques attendent les nouveaux Pierre Fabre, Claude Bébéar, François Michelin qui redresseront le pays de leur génie entrepreneurial (sans demander de trop fortes rémunérations…).

 

Mais ces figures d’hier avaient quelque chose que les patrons d’aujourd’hui n’ont plus : du temps. Avant, vous aviez dix, vingt ans pour bâtir une stratégie, embarquer vos équipes, devenir rentable petit à petit.

 

Maintenant, les investisseurs tels les fonds de pension – acteurs incontournables – vous demandent de rester stratèges, mais aussi d’être efficaces et rentables à court terme.

 

Sans tactique, la vision n’est (plus) rien, et celui qui réussit est désormais celui qui maîtrise le temps.

 

Alors, à vos marques, prêts, changez !!!

 

 

Le changement, oui mais quand ?

Le changement, oui mais quand ?

Entre ceux qui veulent changer tout le temps leur organisation et ceux qui attendent trop avant de s’y résoudre, l’aspect le plus sensible du changement est de savoir « quand changer ? ».

Bien des leaders s’y cassent régulièrement les dents…

> Lire la suite

Les fonds de pension, diable ou alibi ?

Les fonds de pension, diable ou alibi ?

Dans la mythologie contemporaine, il y a un diable, brandi au Bourget par notre Président : La finance.

Le bras armé de ce diable, c'est le fond de pension. Obsédé par la rentabilité, parfaitement inhumain, toujours court terme…

Mais n’en fait-on pas trop ? Et si c’était aussi un alibi ?

> Lire la suite

Kaamelott par Alexandre Astier - Saison 6
Une certaine idée du leadership

Kaamelott par Alexandre Astier - Saison 6 - Une certaine idée du leadership

"Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu’ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c’est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles."

César, joué par Pierre Mondy, Kaamelott, saison 6.

 

Alexandre Astier nous invite, tout au long de sa série, à rire de l’exercice du pouvoir… Mais à y réfléchir aussi ; parce que sa série est, sous son air purement humoristique, très documentée et érudite.

 

Il oppose 2 visions du pouvoir, caricaturées pour nous faire rire :

  • Celle d’Arthur, fidèle à la vision de César, qui veut réussir avec ceux qu’il a.
  • Celle de Lancelot qui veut réussir à tout prix.

 

Nous penchons comme Arthur et César pour un leadership qui cherche à rendre meilleur les équipes plutôt qu'à tenir l’objectif quoi qu’il en coûte.

 

Cela ne veut pas dire un manque d’exigence ou d’ambition, mais cela veut dire une absence de cloisonnement, une humilité face à la difficulté des métiers du bas de l’échelle.

C’est aussi donner beaucoup de responsabilité aux forts pour qu’ils aident les autres.

C’est enfin se rappeler que la valeur ajoutée se fait sur le terrain et que ce sont les équipes qui détiennent la clé de la qualité, de la productivité et des principaux indicateurs de l’entreprise.


Newsletter

Soyez les premiers à lire nos humeurs en vous inscrivant à la newsletter.

S'inscrire

Rechercher

Précédemment

Rejoignez-nous

Albus Conseil FacebookAlbus Conseil TwitterAlbus Conseil Google+Albus Conseil LinkedInAlbus Conseil Viadeo