Avis #26

09 Juin 2015

Interdit de me gronder !

Réhabilitons l’enfant en management

Réhabilitons l’enfant en management

Il y a quelques mois, nous fustigions la tendance au management-Parent de beaucoup de managers. Mais pour compléter, nous voulions réhabiliter le management-Enfant au sens de l’analyse transactionnelle.

 

Un peu de théorie managériale pour une fois, aussi accessible que possible, c’est promis.

 

(comprendre l'analyse transactionnelle)

 

 

Le règne de l’adulte, sous le régime du parent

 

L’entreprise aujourd’hui, c’est un peu le régime politique iranien (sans ironie). En Iran, le président est élu au terme d’un processus démocratique assez avancé, si si. En revanche il est inféodé aux Ayatollahs, régime permanent, discret officiellement mais presque tout puissant quand la nécessité l’exige.

 

Notre entreprise est pareil si l’on regarde le régime managérial sous l’angle de l’Analyse transactionnelle : on prône l’Adulte comme point stable de la relation, et implicitement on exclue les 2 autres penchants naturels : Enfant et Parent… Et puis, dans la réalité, mais sans se l’avouer, nos entreprises hiérarchiques créent en fait une série de relations « Parent/Enfant » non assumées, avec une injonction contradictoire : « Obéis, mais soit autonome ». Résultat, de la passivité à grande échelle.

 

Dans tout ça, on refoule finalement l’Enfant, souvent en le confinant dans des parcs très contrôlés : séances de brainstormings, teambuildings… Allez, là on s’amuse, et après, on arrête. 

 

 

Pourtant l’enfant ce n’est pas l’immaturité

 

Ecoutant récemment « La tête au carré », émission scientifique de France Inter où il était question des rapports entre les humains et leurs chiens ou chats, l’invité faisait la remarque suivante : « l’enfant ne se comporte pas avec l’animal en se demandant si son attitude est normale ou pas, efficace ou pas. Il considère (sans même se poser la question) que l’animal est un autre être, sensible, avec lequel il peut jouer mais dont il doit aussi prendre soin. Naturellement, sans morale ».

L’adulte c’est le rationnel, certes, mais c’est donc aussi le calcul. La relation Adulte/Adulte est une relation de compromis et d’intérêts croisés bien compris. Ceux qui en font l’apologie font aussi l’apologie du libéralisme le plus pur, celui d’Adam Smith et de David Ricardo : les relations entre les hommes se régulent dans la comparaison des intérêts de chacun.

 

L’Enfant, et en particulier la relation Enfant/Enfant, c’est au contraire une relation qui peut être très productive mais dont la base n’est pas le calcul mais l’envie, le plaisir de faire des choses ensemble et on verra bien ce qu’il en sortira. Réduire l’enfant à la créativité, c’est oublier que ce qui fait d’abord la finalité de cet état : la volonté de créer des liens.

Récemment en mission dans une usine normande, nous travaillions avec une manager très « Enfant libre » dans son management. Elle est créative, mais sa plus grande force est de nouer des liens avec une rapidité incroyable et sans calcul : dans ses équipes, avec ses pairs, avec les extérieurs. C’est cela qui fait d’elle une manager supérieure à la moyenne sans avoir à cocher toutes les cases du manager parfait. Elle sait fédérer, résoudre des conflits, pousser les autres à se dépasser. Etonnamment, les résultats suivent !

 

 

Pas de oui mais !

 

Une fois qu’on dit ce genre de chose, on a le droit à des « oui mais » : oui, mais quand même, il faut fixer des limites et ne pas tomber dans l’affectif et le copinage. Oui mais la raison et la rigueur c’est plus important, pour aller au bout de toutes les priorités demandées et être efficace, etc.

Oui mais non, nous ne sommes pas d’accord. L’entreprise manque d’Enfants, et même de ses excès. Il faut retrouver du plaisir au travail. Il faut retrouver l’énergie que procure la sensation de faire les choses parce qu’on s’éclate à les faire, et pas seulement parce qu’un calcul rationnel a dit que c’était nécessaire !

 

Nous cherchons à faire des équipes redoutables, qui dépasseraient les attentes… et bien, vous savez quoi ? Sur le papier c’est impossible. Parce que les gens travaillent d’abord pour gagner leurs vies et que les objectifs sont toujours trop ambitieux, parce que les projets sont trop lourds et qu’on n’a plus les moyens de tous les mener de front !

Sur le plan du rationnel, ce que vous leur demandez est impossible. Donc, créer une équipe insouciante est le seul moyen de résoudre la quadrature du cercle.

 

D’ailleurs, comment fait l’enfant pour apprendre l’équilibre, les couleurs, les sensations, les réflexes ? Il joue !  Sur le papier, la to do list des 2 premières années d’un nourrisson est invraisemblable. Mais comme il ne se pose pas la question, et aborde toutes les épreuves sans calcul et par le jeu, il y arrive.

 

 

C’est google qui a raison alors ?

 

Google, ses toboggans et son goût du jeu ont-ils finalement raison ? Et leur modèle est-il une référence ?

Nous n’en sommes pas sûr. Ce qui est bon chez Google c’est la moindre inhibition de l’enfant mais d’un autre côté, il est plus encadré qu’il n’y paraît car le jeu est planifié. Et il ne faudrait pas oublier que la population qu’ils adressent n’est pas celle de 90% des entreprises d’Occident.

 

Nous préférons une approche moins totale et donc plus réaliste pour nos entreprises.

L’idée est de mettre en place un traitement en mini-doses régulières. On libère un peu les réunions, avec une séance post-it et une question un peu décalée avant de passer aux sujets plus classiques. On prend 5 min en début de réunion sans sujet particulier pour commenter l’actu, sérieuse ou non, pour se détendre. On retrouve le plaisir simple d’un gâteau maison partagé, d’une journée porte ouverte pour montrer à nos enfants qu’on est sérieux, mais pas ennuyeux.

 

Et puis on arrête de confondre compétence et sérieux. Einstein n’était pas austère… Etait-il dilettante ?

Newsletter

Soyez les premiers à lire nos humeurs en vous inscrivant à la newsletter.

S'inscrire

Rechercher

Précédemment

Rejoignez-nous

Albus Conseil FacebookAlbus Conseil TwitterAlbus Conseil Google+Albus Conseil LinkedInAlbus Conseil Viadeo