Avis
#54
Avis
#53
Avis
#52
Avis
#51
Avis
#50

Tous nos avis > Résistez aux sirènes > Managers, travaillez moins pour gagner plus

Avis #52

14 Novembre 2017

Résistez aux sirènes

Managers, travaillez moins pour gagner plus

Managers, travaillez moins pour gagner plus

 

"Je suis à la bourre", "sous l’eau", "j'vois pas l’jour", "c’est le rush", "je suis épuisé".

Ces phrases sont sans doute les plus fréquemment prononcées dans nos entreprises… C’est une fatalité semble-t-il dans un monde hyper concurrentiel, exigeant, bourré de contraintes, de menaces… Mais ne serait-on pas en plein dans un syndrome de l’Autruche ? Et si pour produire plus, il fallait travailler moins ?

 

 

La grande bouffe

 

Pour les managers, l’heure semble être à l’étirement sans fin du temps de travail et de l’intensité ressentie du travail. Et on finit par traverser les bureaux comme on regarde la Grande Bouffe : en assistant au spectacle de managers qui empilent les heures et le stress, jusqu’à l’explosion.

 

Il faut dire que 4 facteurs au moins se combinent pour remplir les agendas :

  • Il y a d’abord une accumulation objective de tâches : la tendance est à la réduction des effectifs mais aussi aux matrices complexes, dans lesquelles les demandes proviennent d’endroits très différents sans concertation entre elles.
  • Et puis l’effet de nos nouvelles technologies, qui ont considérablement réduit le temps d’exécution des tâches, mais pas leur charge mentale. Avec nos outils, plus d’assistant, moins de délais et donc bien plus de sujets à gérer en même temps : on fait tourner 10 assiettes au lieu de 2 ou 3… Techniquement ça passe, mais l’inquiétude, les risques d’échec, les interactions ont été multipliées par 10 ou plus et nos cerveaux peinent à suivre le rythme.
  • Mais il y a aussi le rapport aux autres : on ne veut pas être le paresseux, celui qui « prend des RTT » en partant à 18h… On ne veut pas laisser seuls ceux qui ont décidé d’y passer la nuit… On ne veut pas laisser un travail sans être sûr qu’il recueillera les lauriers dûs à toute production parfaite…
  • Enfin, on peut s’ajouter soi-même une pression considérable : c’est l’escalade de l’engagement. On s’engage librement dans une tâche et, en voulant l’accomplir bien, on s’y consacre de plus en plus, jusqu’à la déraison parfois, au mépris de sa santé et de sa relation aux autres.

 

Tout ceci constitue un film très noir de la spirale dans laquelle bon nombre de managers sont embarqués avec, au bout de la pellicule, un final aussi dramatique que pour Noiret et ses amis. Mais alors que les héros du film choisissent l'excès, les managers ont la certitude qu'ils subissent la situation. D'ailleurs, en évoquant le sujet avec nos consultants, eux-mêmes disent que travailler moins "n'est pas possible" et rêvent de solution miracle.

 

 

L'illusion parfaite

 

En realité la solution est à portée de main parce qu'on fait une erreur de jugement sur la surcharge de travail :

On sait bien que quand on travaille trop, on est de moins en moins productif, que la qualité baisse... mais au fond on croit que le travail fait après 20h est mieux que rien, même médiocre. Je crois que ce n'est pas vrai : ponctuellement, sur une soirée, on pourra argumenter le contraire évidemment, mais en vérité, la surcharge ne génère pas une production médiocre, mais une production négative :

- Parce que les erreurs, les fausses pistes se multiplient et que ça gonfle l'agenda sans aucun apport, jusqu'à s'agasser soi (sans parler des autres).

- Parce que la perte de lucidité liée à la fatigue fait produire du "à côté de la plaque" : l'action est peut être utile en soi, mais a été faite en lieu et place d'une bien plus importante... Effet négatif là encore.

- Parce qu'enfin ce qui est fait en étant fatigué et en sur régime est souvent mal vécu par l'entourage qui vous juge dépassé.

 

L'illusion est parfaite parce que même si la solution est ultra-simple (en travaillant moins, vous ferez plus), il est difficile de l'assumer (ce que je fais ne sert à rien).

 

 

Prenez le contrôle de vous-même

 

La conséquence, c'est qu'il n'y pas de magie d'organisation ou de priorisation. Il y a d'abord une prise de conscience qu'à partir d'un certain moment, plus vous travaillez, plus votre apport baisse, pouvant finir par être négatif. Et un jour, en supprimant votre poste tous vos collègues gagneront du temps.

 

Pour éviter cet extrême, sortez de la spirale en arrêtant de vous convaincre que ce que vous faites est pénible, mais nécessaire. Les managers les plus performants que j'ai croisés ne sont pas ceux qui travaillent le plus (sur la durée).

 

De plus en plus de managers quittent l'entreprise pour gérer des chambres d'hôte en Provence. C'est une solution mais si vous voulez rester encore un peu pour profiter de l'entreprise et de sa dynamique, il faut mettre un coup de frein, arrêter de vous enfermer dans la quantité stérile et regarder froidement votre activité.

 

 

Ensuite, embarquez vos collègues

 

Bien entendu, votre prise de conscience peut être utile, mais elle va se heurter à vos collègues les plus proches. Il est donc bon d’adopter cette stratégie à plusieurs. C'est un choix de Codir par exemple de se concentrer sur quelques priorités ou de travailler la fatigue (physique et psychologique) comme un enjeu en soi.

 

Prenez le temps de définir vos priorités (1 ou 2 par semestre) et admettez qu'en mettant l'énergie sur elles, les autres sujets avanceront moins... Mais avancent-ils tous aujourd'hui ? Non, assurément ou tellement mal.

 

 

Enfin, concrètement, cessez le saupoudrage

 

Évidemment, toutes ces jolies idées vues plus haut ne répondent pas à la question qui tue : Qu’est-ce que j’arrête ? Qu’est-ce que nous arrêtons ?

 

La stratégie serait de prendre les problèmes un par un… Comme disent les footballeurs, moins bêtement qu’il n’y parait : prendre les matchs les uns après les autres.

=> Je choisis mon problème principal et/ou le sujet à plus fort potentiel et je le TRAITE ! Pendant ce temps, je ne fais que le minimum sur le reste… Et quand c’est terminé, je passe au problème suivant.

 

La satisfaction des problèmes traités va rapidement dépasser la frustration des sujets que vous n’avez pas encore abordés. Votre image d’efficacité compensera vite le préjugé absurde sur votre charge de travail «de fainéant».

Newsletter

Soyez les premiers à lire nos humeurs en vous inscrivant à la newsletter.

S'inscrire

Rechercher

Précédemment

Rejoignez-nous

Albus Conseil FacebookAlbus Conseil TwitterAlbus Conseil Google+Albus Conseil LinkedInAlbus Conseil Viadeo