Avis #32

06 Janvier 2016

Résolution 2016 : oublier l'exemplarité

Exemplarité : le diable s’habille en vertu

Exemplarité : le diable s’habille en vertu

En voilà une belle de qualité de management qui paraît indispensable et incontestable : l’exemplarité. Sans vouloir tomber dans l’esprit de contradiction, cette valeur nous semble être de ces vertus dont on a largement dépassé la posologie et dont les effets secondaires dépassent de beaucoup les effets désirables. 

 

 

Au départ, une jolie vérité pleine de bon sens

 

Evidemment, il est plus logique d’être incorruptible pour combattre la corruption, honnête pour exercer la justice, engagé pour mobiliser une équipe.

 

D’ailleurs, nous ne sommes pas les derniers pour inciter nos clients à changer eux-mêmes avant de demander aux autres de changer. C’est même une nécessité pour que le changement dépasse la simple incantation.

 

Alors, avant d’aller plus loin, soyons clairs : nous ne prônons pas la duplicité et nous pensons qu’il est utile d’appliquer à soi-même ce que l’on exige des autres…

  

 

Mais l’exemplarité devient vite une petite dictature

 

Aujourd'hui, en entreprise, l’exemplarité dépasse de beaucoup la petite hygiène personnelle et elle est devenue une valeur. Ce n'est plus qu'on applique à soi-même ce qu’on exige des autres, mais on applique aux autres ce que l’on exige de soi. La nuance est de taille...

 

C’est l’histoire d’Harvey Dent, Double Face, dans Batman : parangon de l’honnêteté et de la vertu, Harvey Dent devient brutalement un redresseur de torts. Son extrême honnêteté s’est transformée en intransigeance. Pourquoi ? Parce qu’au lieu de garder ses valeurs pour lui-même, il a voulu les imposer aux autres et n’a pas supporté que des compromis soient faits.

 

L’exemplarité en entreprise, c’est cette belle gueule parfaite qui cache un profil terrifiant. Dès que vous plaquez vos valeurs aux autres, la dictature est proche.

 

 

Parce qu’elle est une valeur largement autocentrée

 

Si l’on regarde la question sous l’angle de la psychologie, on comprend vite pourquoi l’exemplarité est LA valeur qui dérape.

Nos valeurs nous viennent de loin : soit de l’enfance et de l’éducation, soit des événements marquants de la vie. Dans les 2 cas, elles sont profondément inscrites dans notre inconscient. L’individu transige très peu avec ses valeurs ou alors après un douloureux et souvent long travail.

 

Parmi elles, l’exemplarité est une valeur particulière parce qu’elle en suppose beaucoup d’autres. On n’est pas exemplaire tout court, on est d’une honnêteté exemplaire ou d'un courage exemplaire par exemple. Du coup, en exigeant l’exemplarité, on introduit toute la panoplie de nos valeurs, façon cheval de Troie.

 

Et vouloir imposer ses propres valeurs à tous alors que nous n’avons pas eu la même enfance, ni les mêmes événements marquants dans notre vie, c’est à la fois autocentré et prétentieux.

 

 

L’exemplarité, on peut se l’imposer, et les valeurs, on ne fait que les proposer

 

Donc, nous vous conseillons de rayer l’exemplarité des valeurs que vous prônez pour éviter d'imposer aux autres, et sans nuance, vos propres mots d’ordres (cf. les injonctions de l’analyse transactionnelle ). Faute de quoi, vous vous entendrez dire « Pour moi un résultat est juste ou faux, pas de nuance. Mes équipes doivent faire juste » ; « Je suis courageux, mes équipes doivent l’être aussi, sinon ils n'ont pas leur place ». Avec 2 conséquences : d’abord vous nuirez à la motivation, au bien-être de vos collaborateurs et donc à leur efficacité. Ensuite, vous aurez toutes les chances de vous priver de leurs qualités, de leurs valeurs à eux, qui pourraient pourtant apporter une valeur ajoutée complémentaire.

 

Comme nous le disions dans un précédent article (cf on ne manage pas avec les valeurs), les valeurs ne sont pas un bon outil de management des autres. C’est une discipline personnelle.

 

Les valeurs, comme la morale, se proposent modestement. C’est la méthode Victor Hugo, qui évite le sentencieux pour nous faire réfléchir sur les cas concrets de la vie humaine. Proposées plutôt qu’imposées, les valeurs font alors appel à l’intelligence et critiquées et digérées, elles deviendront des éléments qui fédèrent une équipe.

Newsletter

Soyez les premiers à lire nos humeurs en vous inscrivant à la newsletter.

S'inscrire

Rechercher

Précédemment

Rejoignez-nous

Albus Conseil FacebookAlbus Conseil TwitterAlbus Conseil Google+Albus Conseil LinkedInAlbus Conseil Viadeo